Ne manquez pas ce qui suit
Ne manquez pas ce qui suit Préparez-vous à
l'étape suivante

Kim, Kaan, Roel, Yohan, Claudio, Fernando, Masaharu.
Des histoires encore à écrire qui n'attendent que d'être lues.

Préparez-vous à l'étape suivante Inscrivez-vous à la lettre d'informations pour vous tenir au courant des dernières actualités et recevoir les communications de Police.
An error has occurred, check that all fields have been entered correctly or if the email address already exists.
*champs obligatoires
Merci de vous être inscrit Nous vous informerons de la parution du prochain chapitre de "Leaps of Faith".
chapitre 01
Ce n'est pas en fuyant vos problèmes
que vous pourrez les résoudre.
Claudio
chapitre 02
J'ai étudié la mode,
et maintenant, j'essaye d'innover.
Kim
chapitre 03
J'ai ainsi décidé de
donner une chance à ma ville.
Kaan
chapitre 04
Soyez prêt à tout sacrifier
pour votre bonheur
Fernando
chapitre 05
À force de persévérance,
j'ai surmonté mes craintes.
Hyoungtae Yohan
chapitre 06
Pour vivre votre passion,
faites en une priorité.
Nicoletta
chapitre 07
Ne remets pas à demain ce
que tu peux faire aujourd'hui.
Roel
chapitre 08
Travailler avec efficacité
Masaharu
chapitre 09
A force de persévérance, j'ai surmonté mes difficultés.
Ibby
chapitre 010
Je suis seul maître de mon destin.
Jakub
Soyez prêt à
tout sacrifier pour
votre bonheur.
une histoire de Fernando Mora
Fernando Mora

Stimulé par la passion du vin, Fernando Mora a décidé de quitter son emploi d'ingénieur pour se consacrer entièrement à ce monde. Il est rapidement devenu "Maître œnologue", titre le plus prestigieux dans le domaine oenologique. Maintenant qu'il est à la tête de deux entreprises, il veut continuer à se développer avec sa région, et faire connaître le raisin Garnacha à qui il doit son succès.

Cela a commencé comme un passe-temps.
C'était en 2008, et je travaillais toujours comme ingénieur lorsque ma femme m'a emmené visiter une entreprise vinicole de la La Rioja.

Ce premier contact avec le vin m'a fait décider sur le champ de m'approprier cet univers.

Trois mois plus tard, je produisais du vin dans ma baignoire.
Avec l'aide de ma femme j'ai planté des vignes dans le jardin de mes parents pour me familiariser avec les techniques vinicoles et j'ai commencé à rechercher des collaborateurs.
Epaulé par Mario, mon associé, j'ai produit mon premier véritable vin avec du Garnacha, une variété emblématique de notre région: nous avons travaillé au projet pendant des années en acquérant au fil du temps les connaissances relatives à la commercialisation , la vente et bien sûr le vin.

Nous avons commencé à organiser des dégustations dans des restaurants en promouvant notre produit dans la région entière.
Au cours de l'un de ces événements, j'ai rencontré Francisco, avocat à New York qui a d'emblée apprécié mon vin, que nous avons immédiatement décidé d'exporter aux Etats-Unis.

Je crois que la sociabilité est un facteur déterminant pour atteindre nos objectifs.

Il est nécessaire de se créer un réseau de contacts et de rencontrer les personnes qui vous montrent la voie à suivre.

Alors que je recherchais une manière pour accroître mes compétences dans le domaine du vin, un ami m'a invité à un séminaire de deux jours organisé en vue de sélectionner de futurs candidats pour s'inscrire à un master d'œnologie.

Il s'agit du titre le plus respecté dans le domaine de l'œnologie : il en existe 69 à travers le monde entier, et seulement 2% des candidats réussissent à l'examen lors de la première tentative.
J'ai laissé mon travail d'ingénieur et commencé à étudier.

Au début, dans la totale incertitude, vous devez croire en vous et vous lancer.

Je ne savais pas si mes moyens financiers et mes capacités me permettraient de relever ce défi. Mais pouvais-je manquer cette occasion d'améliorer mon activité en étant entouré des plus grands passionnés de vin au monde?

Cela a été une période intense. Je n'avais pas d'argent, mais je me réveillais tous les jours avec le sourire, car je savais que je faisais quelque chose pour moi-même et ma famille.

En seulement deux ans et neuf mois, alors que je développais ma nouvelle affaire, j'ai fait partie des 2% d'étudiants retenus, et l'un des deux à se voir attribuer le diplôme de master en œnologie.

Ma femme craignait que je sois déçu en cas d'échec. moi, au contraire, j'étais toujours tranquille, même dans les moments les plus difficiles. Lorsque vous financez votre parcours comme nous l'avons fait, la pire des choses qui puisse arriver est de devoir renoncer à poursuivre votre activité.

Vous ne devez d'argent à personne, et vous réussirez probablement à trouver un autre travail.
Certaines personnes veulent un travail sûr, une position confortable, et je respecte leur capacité à être honnêtes avec elles-mêmes : si le risque n'est pas fait pour elles, il est juste de faire confiance à ces convictions.
Mais lorsqu'on se sent capable de relever défi, alors il ne s'agit en définitive que d'un jeu.
Devoir changer de travail, fusse même pour aller livrer des pizzas, ne m'effrayait pas : j'en ai fait beaucoup dans ma vie et je les ai tous aimés. J'ai toujours eu un esprit ouvert, et cela a été un facteur crucial pour ma carrière.

Même si cela va mal, la vie suit son cours, seul le parcours peut différer.

Je ne sais pas où je serai demain, mais je crois que les choses iront de mieux en mieux.
Nous avons commencé par vendre 5 000 bouteilles de vin, et à ce jour nous en distribuons 200 000 par an.
En 2016 nous avons lancé BotijoRojo, un de nos meilleurs vins, présent sur 35 marchés actuellement.
Pour y parvenir j'ai dû me consacrer à 100% à mon activité.

Si vous souhaitez réaliser votre rêve, vous devez vous préparer à ne compter que sur vous-même, sacrifier presque tout, investir tout ce que vous possédez et travailler sans relâche.

J'ai commencé à produire du vin sans idée préconçue, avec pour préoccupation majeure, celle d'une production de qualité, et mon objectif présent est de faire connaître une des richesses naturelles de cette région.
Il existe ici un potentiel indéniable, celui de posséder les plus anciennes vignes d'Espagne.
C'est la terre natale du Garnacha (Grenache) et nous voulons construire l'avenir de cette région avec ce cépage inestimable.

Maintenant que l'activité est lancée, et que Bodegas Frontonio est l'une des caves les plus réputées, je souhaite me consacrer à fond sur la production et la communication. Nous devons faire en sorte de perpétrer l'enthousiasme de nos clients pour ce vin.
Je désire avant tout prendre du plaisir à cette tâche, et ne pas faire des chiffres une obsession. J'aspire à être un viticulteur heureux et non seulement un homme d'affaires.

Au fond mon rêve est de vivre en faisant ce que j'aime. L'argent pour l'argent ne vaut pas la liberté.
Histoire suivante
Hyoungtae Yohan
À force de persévérance,
j'ai surmonté mes craintes.
Instagram icon